Elle était prisonnière d’une relation abusive – elle s’est vengée de son petit ami en perdant plus de 60kg

Alvina Rayne n’a pas toujours été en surpoids. Mais une relation abusive lui a fait trouver refuge dans la nourriture et la malbouffe qui la soulageaient lorsqu’elle se sentait déprimée.

Mère de trois enfants, elle vit à Philadelphie aux États-Unis. Les aliments gras et sucrés lui servaient de bouclier contre les agressions verbales quotidiennes que lui lançaient son petit ami. Comme c’est trop souvent le cas, Alvina n’osait pas quitter son compagnon.

Elle a atteint jusqu’à 125 kg. Son petit ami l’affublait de noms grossiers comme « grosse merde », lui disait qu’elle ne serait jamais en mesure de perdre du poids ou de trouver un autre homme et qu’elle était totalement inutile.

Avec une pression artérielle élevée, un fort risque de diabète et plusieurs crises d’angoisse, la santé d’Alvina était dorénavant en danger.

Mais un jour, elle en a eu assez. Elle savait que quelque chose devait changer, surtout depuis qu’elle était mère. Elle a finalement quitté son petit ami destructeur et manipulateur, et a commencé un régime faible en glucides ainsi qu’une formation.

alvina
bt.dk
alvina-2
mirror.co.uk

Chaque fois qu’elle rencontrait des difficultés, elle pensait à ce que son ex-petit ami lui disait: « Personne ne voudra de toi ».

Cela lui a donné de la force. Elle voulait lui prouver qu’il avait eu tort. Et elle a réussi, elle est descendue à 60 kg!

alvina-3
mirror.co.uk

Quelques temps après avoir atteint son objectif, elle est tombée sur son ex petit ami dans un centre commercial. Il a été très étonné de son apparence, et il n’a pas fallu longtemps pour qu’il l’appelle.

« Tu es devenue si belle », lui a-t-il dit dans sa tentative pour la reconquérir.

« Ça n’arrivera jamais, pas la peine d’essayer », elle lui a alors répondu.

alvina-4
mirror.co.uk

Aujourd’hui Alvina est mariée à un homme nommé Sascha, qui la traite comme une princesse, et elle est très heureuse.

alvina-5
mirror.co.uk

« Je veux inspirer les autres à oser recommencer leur vie », dit-elle. « Vous ne devez pas rester comme vous êtes, c’est extrêmement libérateur de réaliser que c’est vous qui décidez pour vous même. C’est votre corps et votre vie ».