La petite fille autiste crie dans le restaurant. Quand le patron va vers eux, la mère lui pose une question innatendue.

« À l’attention de la dame avec son enfant assis à la table 9,

Je ne me suis pas présenté à vous. Mon nom est Tony Posnanski. Je suis le gérant de ce restaurant depuis maintenant 15 ans. Ma journée consiste à faire en sorte que mon restaurant plaise aux clients. Cela peut inclure la vaisselle, la cuisine et parfois même de servir. J’ai également pris soin de prendre connaissance de toutes les réclamations que vous pouvez imaginer.

Il y a quelques semaines je suis arrivée au restaurant. J’étais très occupé ce soir là et j’ai couru en cuisine pour aider.

J’ai été appelé par une table près de la vôtre. J’y suis allé et ils m’ont dit que votre enfant était très bruyant. J’ai entendu des cris pendant que je parlais avec eux. J’ai entendu le hurlement d’une petite fille.

shutterstock_64039684
SHUTTERSTOCK /BILDEN HAR INGET MED ARTIKELN ATT GÖRA

J ‘ai commencé à marcher vers votre table. Vous saviez déjà ce que j’allais vous demander. Vous avez vu ce que la table voisine avait dit. Je suis venu vers vous et vous m’avez regardé. Vous avez voulu avoir le premier mot et m’avez dit :

« Savez-vous ce que c’est d’avoir un enfant souffrant d’autisme ? »

C’est l’un des moments les plus mémorables qu’il m’a été donné durant les 15 ans de ma carrière.

Je me souviens de quelques clients qui étaient en colère parce que leurs hamburgers n’étaient pas cuits comme ils le voulaient. Je me souviens d’une femme qui m’a envoyé un courrier car je lui avais servi un Coca Cola normal au lieu d’un Light.

Je me souviens, cependant de tout depuis que mon fils est né. Comment j’ai pleuré quand je l’ai entendu crier. Comment je me tenais là et lui ai dit que je ferais tout pour lui et que je serai le meilleur papa.

Je sais ce que je vous aurais demandé en venant à votre table. Je vous aurais demandé poliment de dire à votre fille de ne pas crier. Je vous aurais proposé de changer de table. Je vous aurais offensé sans vous offenser.

Je ne l’ai pas fait.

shutterstock_262605065
SHUTTERSTOCK /BILDEN HAR INGET MED ARTIKELN ATT GÖRA

Au lieu de cela, je suis venu vous dire que je vous souhaitais un excellent repas. J’ai tapé dans les mains de votre fille et dit que je vous offrais le repas. Cela coûtait seulement 16 $. Mais cela signifiait plus que cela pour moi. Je ne pense pas que les autres clients à qui j’avais parlé étaient tellement heureux à ce sujet. Mais à ce moment là, cela n’avait plus d’importance pour moi.

Vous m’avez posé une question à laquelle je n’ai pas répondu. La vérité est que je ne sais pas ce que c’est d’avoir un enfant autiste. Je sais ce que c’est d’être un père. Je sais ce que ça fait de passer du temps avec ses enfants.

Très honnêtement, j’ai écrit cela pour vous et votre jolie fille parce que je voulais vous remercier toutes les deux.

Vous m’avez offert l’un des plus merveilleux souvenir dans ce restaurant au cours des 15 dernières années.

Vous m’avez également appris une leçon précieuse …

628-autism
FACEBOOK / LOVE WHAT MATTERS

Faire la bonne chose ne rend pas toujours tout le monde heureux; seules les personnes qui en ont le plus besoin.

Cordialement,

Tony Posnanski.”