Le bébé n’avait que 2 semaines mais n’a jamais été nourri – puis il est trouvé abandonné dans la rue

Cette famille de Birmingham, dans l’Alabama, désirait adopter un enfant d’un orphelinat éthiopien. Ils ont alors fait tout leur possible pour que leur désir soit exaucé.

Lynn, la maman, connait bien cette situation. Elle sait à quel point une famille aimante peut influencer la vie d’un enfant. En effet, le père de Lynn avait été abandonné quand il était enfant. La famille Kinsley avait donc choisi de collaborer avec Lifeline Children’s Services pour leur trouver un fils à l’étranger.

Cependant ce genre de procédure n’est jamais facile, et s’avère toujours longue.

Liza Kinsley et son mari, Chris, ont voyagé en Ethiopie où ils ont rencontré Haven. L’enfant avait été laissé sur le bord de la route, affamé. L’enfant n’était alors qu’un nourrisson âgé d’une semaine. Haven avait 2 mois lorsque Liza l’a tenu dans ses bras pour la première fois. Et tout de suite elle a réalisé que c’était le destin et que les choses devaient se passer de cette façon.

« C’était bouleversant. Je m’en souviens encore, la nourrice me l’a placé dans les bras pour la première fois, et c’était comme si on me mettait dans les bras l’enfant que j’avais mis au monde. » a-t-elle dit au reporter.

Ils ont dû retourner aux Etats-Unis et attendre, même après avoir signé tous les papiers nécessaires. En effet, ils devaient attendre que le statut d’immigration de Haven soit actualisé. Mais cela en valait la peine puisqu’ils ont pu le ramener auprès d’eux.

haven-3

britton lynn

« Quand nous l’avons rencontré, Haven était vraiment en mauvaise santé, il était mal-nourri. Comme des parents normaux nous nous sommes inquiétés, on voulait être capable de prendre soin de lui, être auprès de lui pour qu’il aille mieux. » dit Chris.

Deux ans plus tard, Haven est un bambin heureux et en bonne santé. Maintenant il ne cesse d’appeler Liza « momma » bien qu’il ait pris plus d’un an avant de pouvoir le prononcer. Maintenant il ne semble pas pouvoir s’en lasser. Il est adoré par toute sa famille et notamment par ses frères et sœurs. Cet amour est bien évidemment réciproque comme l’indique son large sourire, en permanence sur son visage.

« Nous pensons que Dieu veillait sur lui pour s’assurer qu’il soit trouvé pour être amené à nous, » affirme Chris.

La famille Kinsley rappelle au monde entier que l’adoption n’est bien sûr jamais chose facile, mais avec un peu de bonne volonté et d’insistance un enfant peut finalement être heureux auprès d’une famille qui l’aime.