lundi, 5 novembre 2018

L'homme de 29 ans ne peut pas rembourser son prêt étudiant et se réfugie dans la jungle pour y échapper

Pour acheter une maison, une voiture ou faire un achat important, certains se tournent vers les banques et demandent des prêts. Mais pour d'autres cela s'avère également indispensable pour affronter le quotidien car la situation économique n'est pas toujours au beau fixe. Aux États-Unis, faire des études peut être très cher et de très nombreux étudiants se retrouvent à être endettés à seulement 20 ans.

Et malheureusement, la situation laborale n'étant pas non plus excellente, beaucoup peinent à trouver un emploi et ne peuvent donc pas toujours rembourser leur emprunt. C'était le cas de Chad Haag, un jeune américain qui avait obtenu un prêt de 20.000 dollars pour financer ses études à l'Université de Nord Colorado comme l'indique CNBC.

En 2011, Chad a obtenu son diplôme et remboursait 300$ par mois à sa banque. Malheureusement, la récession et la difficulté a trouvé un emploi l'ont mis dans une situation très compliqué. Il a travaillé dans une usine, à la chaîne, avant de reprendre ses études et de postuler pour un poste de professeur mais ne pouvait subvenir à ses besoin. 

Il est donc devenu coursier médical et transportait des examens entre les hôpitaux. Malgré tous ses efforts, il ne parvenait pas à rembourser son emprunts, vivait avec sa mère et il ne lui restait rien pour sortir et profiter de sa jeunesse. Ses rêves s'évanouissaient.

Et il a finalement pris une décision drastique comme l'indique BFMTV. Comme beaucoup d'étudiants ou d'anciens étudiants psychologiquement et financièrement anéantis par la pression et le poids de leur emprunt, il a fui le pays. L'un de ses amis vivait dans une grotte pour échapper à son crédit et Chad a quant à lui décidé de partir vivre dans la jungle, en Inde. 

Il vit dans le village d'Uchakkada, des milliers de kilomètres du Colorado. 

« L’Amérique, c’est derrière moi », indique-t-il à CNBC. « Mon niveau de vie est plus élevé dans un pays du tiers-monde qu’il ne le serait en Amérique à cause de mon prêt étudiant ».

Chad a épousé une enseignante indienne et file le parfait amour dans son village. Son visa périmera dans 5 ans mais il envisage de le renouveler pour rester vivre en Inde. S'il rentrait aux États-Unis, il devrait toujours rembourser son emprunt mais également faire face à des pénalités de retard et à des frais supplémentaires.

Pour information, la dette individuelle des étudiants a augmenté de 6% en seulement 1 an. Les diplômés de 2017 ont en moyenne dû emprunter environ 34 600 euros pour payer leurs frais et 45 millions d'Américains sont dans ce cas comme l'indiquait Ouest France en juillet dernier. 

Étudier à un coût très important mais c'est aussi l'une des seules possibilités pour ces jeunes d'avoir un bon emploi plus tard. Le poids des dettes universitaires est toujours plus important et cela ne va pas en s'arrangeant. 

Le garçon de 5 ans rentre chez lui après 406 jours de chimiothérapie - la fête bat son plein

La femme meurt en couches et son mari doit aussi dire au revoir à son bébé miraculeux

Des centaines de jeunes gens défilent devant la fenêtre de la femme de 88 ans sous le choc

Un couple « sous pression » pour avoir un 2e enfant veut le faire adopter après la rupture des liens familiaux

Le chaton de 8 semaines est jeté dans les ordures - le pauvre animal est recouvert de mousse isolante

Le chien s'enfuit de la maison pour rejoindre ses amis au centre pour animaux à 2km de chez lui

14 photos hilarantes de panneaux de mise en garde contre un chien dangereux et de la réalité

Du lait et du bicarbonate de soude pour avoir des pieds doux et lisses en seulement 10 minutes

Le lion poursuit deux petits chiens - les touristes se figent quand ils voient ce qu'il fait

La chienne désespérée erre dans la rue - les sauveteurs réalisent alors le sérieux de la situation

Personne ne comprend ce que le phoque veut jusqu’à ce que ce plongeur finisse par tendre la main

Une femme de 90 ans a donné naissance à une fillette mise en adoption - 70 ans après, elle est derrière elle