mercredi, 25 mars 2020

Une aide-soignante de Toulouse trouve un message de ses voisins à sa porte l’incitant à se « loger ailleurs »

Cette pandémie de coronavirus permet de voir des exemples de ce qu'il y a de plus beau dans l'être humain mais aussi de certaines facettes bien moins flatteuses. La peur peut être oppressante et il faut beaucoup de compréhension envers son prochain mais il y a des limites, surtout quand on s'adresse à celles et ceux qui luttent face à face avec la maladie.

Les véritables héros de cette pandémie ne sont ni les politiques ni nous tous qui restons chez nous, même si c'est loin d'être facile pour tout le monde. Non, ceux qui se battent au quotidien, ce sont les personnels soignants. Ils doivent tout faire pour sauver des patients dans des conditions très difficiles avec des moyens plus que limités.

Chaque jour des soignants découvrent être contaminés par le coronavirus, chaque jour ils s'épuisent physiquement et mentalement face à une situation chaotique. Pour les soutenir, beaucoup d'entre nous applaudissent à 20 heures, cuisinent pour eux, aimeraient pouvoir les aider encore plus. 

Certains prêtent même leur logement près d'un centre de soins pour que les soignants puissent éviter les longs trajets domicile-lieu de travail. Et puis il y a cette ou ce voisin à Toulouse. Sophie Rainoldi est une aide-soignante de 24 ans. Le 22 mars, elle a découvert un mot à sa porte.

Elle a expliqué sur Facebook : "Je me sens obligé de partager ce que je viens de trouver sur ma porte de mon appartement, je suis choquée, dépitée par la connerie des gens.... J'ai pas les mots..."

Quelqu'un qui n'a pas signé de son nom lui avait écrit :

"Bonjour, Madame Rainoldi, En sachant votre profession, est-il possible pour notre sécurité de ne pas toucher les portes des parties communes ou peut-être dans les prochains jours de loger ailleurs ? Et peut-être aussi de sortir votre chien plus loin ? Ne prenez pas ça contre vous mais je pense que moi-même ainsi que les voisins se sentiront plus en sécurité."

Avant de signer : "Mes amitiés".

Nous pouvons tous avoir peur mais ce genre de messages n'a pas lieu d'être comme l'a indiqué cette courageuse aide-soignante à France 3 Occitanie :

"Je ne suis pas une terroriste mais un personnel soignant ! J'applique scrupuleusement les règles d'hygiène. Je laisse ma blouse au travail. Je m'y lave les mains et dès que je rentre du boulot, je me douche. [...] Ce n'est pas parce que je suis une soignante que je ramène le coronavirus chez moi ou toutes les autres maladies. Il n'y a pas plus de problème avec moi qu'avec une autre personne. La peur prend actuellement le dessus. Les gens manquent d'informations."

Aujourd'hui, le personnel soignant a besoin de moyens pour lutter efficacement contre la maladie sans avoir à se sacrifier. Des médecins sont déjà morts à cause du Covid-19. Ce sont eux qui sont sur le front, si des personnes se rétablissent c'est grâce à eux. Alors plus que jamais notre société doit savoir faire preuve de solidarité.

Cela va d'éviter au maximum de sortir de chez soi à aider les personnes les plus faibles et démunies et bien évidemment à soutenir et respecter tous ceux qui travaillent actuellement pour que le maximum de personnes s'en sorte au plus vite. 

Tout notre soutien à cette aide-soignante et à toutes celles et ceux qui s'épuisent dans la lutte contre le coronavirus. 

Le chat Diego ne va nulle part sans son doudou en peluche - « Il aime son petit cochon »

La chienne emporte et prend soin du sachet de pain - à chaque fois que la famille part de la maison

Les chiens de thérapie apportent du réconfort au personnel médical des hôpitaux et des maisons de retraite

Ce SDF bruxellois s'était fait voler son chien - des jeunes se mobilisent pour lui offrir un nouvel animal

La rue entière a chanté joyeux anniversaire à cette fille de huit ans en plein confinement

Le plongeur nage près d’une énorme baleine à bosse - elle l’avale presque par accident

Les propriétaires sans cœur ne veulent plus de la chienne et demandent à l’euthanasier - le vétérinaire refuse

Elle s’appelait Julie et est décédée du coronavirus à 16 ans - « elle avait une légère toux » dit sa maman

La clôture est détruite par des voisins qui refusent de payer - le père se venge et détruit 5 voitures

Découvrez ces 21 illustrations en hommage à Albert Uderzo - le deuxième papa d’Astérix

L’EHPAD organise des parties d’Hippos Gloutons grandeur nature pour les personnes âgées confinées

Le Covid-19 empêche le couple de célébrer leur 53e anniversaire de mariage - ils se font des vacances de luxe