vendredi, 30 avril 2021

Inès a décidé de témoigner sur l’anorexie après avoir pesé seulement 33 kg et veut aider les autres

Les troubles du comportement alimentaire touchent énormément de personnes, bien plus qu'on ne le pense. L'anorexie est l'une de ces maladies difficiles, perverses même, qui peut affecter beaucoup de personnes, homme ou femme, de tout âge. Il est fondamental d'en parler aux enfants, d'expliquer que le poids ne fait pas la beauté et c'est pour cela que le témoignage d'Inès nous a beaucoup ému.

On pense que ça n'arrive qu'aux autres. Mais non. En septembre 2019, Inès a raconté son parcours, son combat, contre l'anorexie. Depuis, la jeune femme est radieuse, solaire et montre qu'il est possible de s'en sortir. Actu.fr lui a consacré un article qui a touché de très nombreux lecteurs.

Son parcours, Inès l'explique ainsi sur Twitter :

"Tout a commencé par une dépression suite à ma rentrée à la fac il y a un an. J’ai perdu beaucoup de poids et ça a commencé à me plaire, voilà comment l’anorexie s’est installée.

J’ai d’abord été suivie par mon médecin traitant qui m’a prescrit des compléments alimentaires hypercaloriques pour aider ma reprise de poids, ma ca me faisait peur donc je ne les prenais pas. J’ai continué la fac jusqu’en février mais j’ai du me faire arrêter.

En février j’avais atteint 34kg. J’étais en urgence vitale, je suis donc allée aux urgences du CHU de Rouen où j’y ai passé 4 jours avant d’être transférée dans le centre de La Croix Rouge à Bois Guillaume.

Puis j’y suis restée 4 mois. J’étais sondée à 1250 kcal pendant 2 mois, puis j’avais un suivi psychologique, psychiatrique, une ergothérapeute, on avait une animatrice et une socio esthéticienne pour nous aider à nous reapproprier notre corps de femme.

Ce centre est très stricte. Pas de sortie sans autorisation du médecin. Toilettes fermées à clé. Nombre de cigarettes limité. Porte de la chambre ouverte lors des repas. Sonde de force (elle m’à sauvée la vie cette sonde). Mais on avait aussi 3 séances de sport par semaine.

Pour nous remuscler et rendre la prise de poids plus acceptable. On avait des sorties en forêt, à la piscine, des activités manuelles, de la danse etc. Cette hospitalisation m’a sauvée la vie.

Après 2 mois de sonde en plus de mes 3 repas et 2 collations par jour, on me l’à retirée et je suis passée aux compléments alimentaires à raison de deux par jours. Une crème à 300kcal le matin et la même chose à 16h. Ces complements m’ont bien aidée aussi.

Si vous souhaitez prendre du poids de façon saine demandez à votre médecin une ordonnance de compléments, ils se trouvent en pharmacie sous forme de crème dessert, de jus, de boisson lactée ou de gâteaux sous les noms de Clinutren, Fortimel, Delical ou encore Fresubin.

Perso je les prenais en crème au café et je les mettais au congélateur pour avoir une glace, cela les rendait plus simple à prendre et moins écœurant

Ce qui m’a beaucoup aidé et m’aide encore beaucoup ce sont les médicaments que je prends quotidiennement. Anxiolytique avant chaque repas, neuroleptique contre la dysmorphophobie, antidépresseurs spécialisés dans l’anorexie etc..

Je suis sortie le 13 juin 2019 de mon hospitalisation et désormais je suis suivie toutes les deux semaines environ pour contrôler mon poids et régler le dosage de mes médicaments et traitements.

Après pour mieux accepter la prise de poids voilà ce que je me dis :
- Manger des pâtes n’a jamais tué personne mais ne pas manger si
- Sur son lit de mort on pensera aux moments passés avec ceux qu’on aime et pas au poids qu’on a fait ou au nb de calories ingurgitées
- Demain on peut tous mourir alors autant partir en ayant profité de la vie et sans avoir de regrets
- Les chiffres sur la balance ne nous définissent pas, le corps n’est que l’enveloppe de la beauté qu’on a tous en nous alors chérissons-le."

Cette jeune femme courageuse parle de son combat sur les réseaux sociaux, se livre à des sessions de questions-réponses et encouragent toutes celles et ceux qui souffrent de troubles alimentaires à consulter, à comprendre que c'est une maladie. Comme elle l'indique très justement à Actu.fr : "Quand je suis tombée malade, j’aurais aimé trouver ce genre de témoignage, ce qui n’était pas si facile. Je me sens fière d’avoir réussi. Je veux montrer aux autres que c’est possible".

Bravo à Inès pour sa force, son courage et sa générosité. Affronter l'anorexie, en témoigner et aider les autres est inspirant et nous lui souhaitons le meilleur pour l'avenir. 

Ce gros chien n'est pas vraiment excité de voir les deux chihuahuas et le montre clairement

La femme dévoile son astuce pour nettoyer à la perfection les grilles du four et devient virale

Ils offrent 100.000 euros annuels à un couple pour s’occuper d’une île privée aux Bahamas

Voici 6 signes indiquant une carence en magnésium et mieux vaut ne pas les sous-estimer

Le réveil sonne à côté du chien endormi mais il n’a pas du tout envie de se lever et le fait savoir

Ces deux chiennes n’en reviennent pas d’avoir un grand champ pour jouer et s’élancer comme des folles

Le pompier fond en larmes après le sauvetage émouvant d’un chaton et doit être consolé par ses collègues

Les autorités doivent intervenir pour venir chercher un alligator mais comprennent qu’il est sans danger

De quelle couleur sont les sphères de l’image ? La réponse prouve que les illusions d’optique sont fascinantes

Un agriculteur a déplacé accidentellement la frontière entre la Belgique et la France

Les deux adolescents se marient après avoir appris qu'il ne lui reste qu’entre 3 à 5 mois à vivre

Une femme fait un grave AVC et est sauvée grâce à la réaction incroyable de ses chiens